Ma photo Christian Julia / Auteur
Rechercher :
> Écriture > Les Récits > Ces vies dont nous sommes faits > Notes de lecture > I. Voyage dans les mondes invisibles
[ Retour ]

I. Voyage dans les mondes invisibles

Toutes les images, les informations complémentaires et les notes de lecture sur la première partie du récit.

 1. Soudain la mort n’existe plus pour nous

Page 13. Avant de découvrir la réincarnation, ma conception de l’âme s’inspire d’une description d’Howard Phillips Lovecraft dans Démons et merveilles où il montre que chaque figure est le produit de l’intersection d’un plan avec une figure d’une dimension supérieure.

[...] Chaque figure dans l’espace n’est que le résultat de l’intersection, par un plan, de quelque figure correspondante et de plus grande dimension — tout comme un carré est la section d’un cube et un cercle la section d’une sphère. De la même façon le cube et la sphère figures à trois dimensions, sont la section de formes correspondantes à quatre dimensions que les hommes ne connaissent qu’à travers leurs conjectures ou leurs rêves. A leur tour, ces figures à quatre dimensions sont la section de formes à cinq dimensions et ainsi de suite, en remontant jusqu’aux hauteurs inaccessibles et vertigineuses à l’infinité archétypique. [...] Chaque être localisé fils, père, grand-père et ainsi de suite — et chaque phase de l’existence individuelle : petit enfant, enfant, adolescent, homme — ne sont que les phases infinies de ce même être archétypique et éternel, phases causées par une variation dans la position de l’angle du plan de conscience par rapport à cet être archétypique ("Démons et Merveilles". 10/18. p. 97 et suiv.).

Howard Phillips Lovecraft, écrivain américain né en 1890 et mort en 1937.

Page 15.

- La Cité Michelet, qui fait face à mon immeuble rue de Cambrai dans le 19e me fascine. Elle incarne pour moi la vie.

- Pour réaliser un vieux rêve d’enfant, j’entre en 1976 à la SFP, Société Française de Production, une des sociétés issues de l’ORTF, chargée à l’origine des productions "lourdes" des chaînes de télévision. Elle dispose à l’époque d’importants plateaux aux Buttes Chaumont (où se trouve aussi la direction), à Joinville-le-Pont et à Bry-sur-Marne, où sont rassemblés également les équipes films et la post-production (montage, mixage) ainsi que les ateliers de construction de décors. À Issy-les-Moulineaux est basée la "vidéo-mobile", qui assure les grands directs sportifs, notamment le Tour de France. Elle compte en 1976 plus de 4.000 salariés et est présidée par Jean-Charles Édeline.

Page 18.. En 1971, bouleversé par le film « Les Aveux les plus doux » d’Edouard Molinaro, je commence l’écriture d’une série de nouvelles.

Page 19. La nouvelle Le Silence, qui figure dans mon recueil « Le Temple et autres nouvelles », décrit un parcours très proche de celui dont se sert Patrick Drouot pour effectuer des régressions dans les vies antérieures.

Page 25. « Nous sommes tous immortels », Patrick Drouot.

Page 28. Je suis à l’époque encore très marqué par la mort d’un ami, Christophe, à bord de son avion, en 1973. L’aéroclub Aigle de Saint-Maur situé à Lognes-Emerainville. C’est dans cet aéroclub que Christophe apprenait le pilotage.

 2. Écrire peut tuer

Page 36. Mme Méry, qui "voit" les vies antérieures, me révèle que je suis la réincarnation de Camille Desmoulins et que sa vie influence beaucoup ma vie actuelle.

Voir une analyse d’un tableau représentant Camille Desmoulins avec Lucile et leur fils Horace.

Page 44. OVNI : Objet Volant Non Identifié. Il s’agit d’un objet dont la présence dans le ciel ne peut être expliquée par des phénomènes naturels ou par l’activité humaine.

Le film Avatar de James Cameron est fondé sur l’idée de plus en plus répandue dans la communauté scientifique que la vie dans l’univers peut se développer en prenant des formes voisines de celles de l’espèce humaine sur Terre.

Page 46. Dans Confrontations, Jacques Vallée (J’ai lu. Page 220.) explique qu’à chaque époque les hommes ont vu des objets volants. Curieusement, la description qu’ils en font est conforme au développement technologique de leur époque (chars dans l’antiquité, trains volants au 19e siècle). Se pourrait-il que les extraterrestres soient un phénomène à la fois physique et mental, mettant à mal notre cerveau ?

 3. Rencontres du 3e type...

Page 50. J’appréhende beaucoup de réaliser une régression dans le svies antérieures. Franchir la barrière qui nous sépare de la mort n’est pas simple ! Pour me donner du courage, je lis Mourir n’est pas mourir d’Isola Pisani (Robert Laffont).

Page 51. La mort d’un autre "grand-frère", le mien, mon frère Bernard, en 1983, à l’âge de 36 ans, m’a aussi beaucoup marqué.

Une photo de mon frère Bernard, au premier plan, passionné de football, avec moi au second plan, dans le jardin de la maison de mes grands-parents à Plailly, près de Mortefontaine...

Page 55.

- Par prudence, je ne détaille pas le processus complet qui permet d’assister à des scènes de ses vies antérieures, et bien d’autres choses encore... Ce genre d’exercice doit impérativement s’effectuer avec un guide, car il peut être très dangereux.

- Selon les médiums nous sommes constitués de trois corps superposés : le corps physique, qui est le plus visible des trois, le corps astral qui est, en simplifiant, le siège de notre âme et entre les deux, un corps intermédiaire appelé « corps éthérique » qui a la particularité d’être invisible pour le commun des mortels. C’est une réplique de notre corps physique. Corps intermédiaire, il assure la transmission des informations entre le corps physique et l’âme. Il donne vie à la matière. Sa forme est celle du corps physique, mais translucide. À la mort, l’âme se détache du corps physique. Le corps éthérique abandonne lui aussi le corps physique, puis se dissout peu à peu. Il arrive qu’il ne se dissolve pas et erre sur Terre quelque temps. On interprète ainsi la forme blanche que les fantômes montrent aux vivants dans certaines circonstances. Quand le corps physique est au repos et que nos sens sont moins stimulés, le corps éthérique a tendance à moins bien épouser le corps physique. C’est ce qui arrive pendant les exercices de régression. Avec les mains, le médium s’efforce de maintenir le corps éthérique en place afin qu’il continue à échanger des énergies avec l’âme, avec le corps astral.

 4. Je suis Gérard...

Page 63. Lors d’une régression dans les vies antérieures, je croise un personnage qui me dit s’appeler Gérard. Immédiatement, je fais le rapprochement avec Gérard de Nerval.

Biographie de Gérard de Nerval.

Page 63.

Gérard de Nerval Inconnu, d’Edouard Pérouzet. José Corti. 1965.

La lecture de sa biographie me trouble car nous avons de nombreux points communs "biographiques. Ainsi, nous avons tous les deux fréquenté le lycée Charlemagne.



L’arrière du lycée Charlemagne, avec l’enceinte Louis Philippe. On aperçoit aussi derrière le grillage vert le terrain de sport, lieu de mes exploits en basket-ball. Coïncidence, Gérard de Nerval y a fait aussi ses études.

Nous avons également passé notre enfance à deux pas l’un de l’autre...

Une gravure du château de Mortefontaine qui a servi de décors à de nombreux poèmes de Gérard de Nerval. Coïncidence, il était situé sur la même commune (Plailly) que la maison de mes grands-parents et a servi de décor à nombre de mes textes.

Je souhaite qu’en lisant ces lignes, des spécialistes de Camille Desmoulins ou de Gérard de Nerval m’aident à décrypter les messages contenus dans mon roman et à dénouer les fils qui relient les destins de ces deux personnages.

Page 71. En 1959, alors que j’ai huit ans, je suis conduit dans un hôpital. Je n’ai plus beaucoup de sang. Comme mon sang est rare, on appelle d’urgence un donneur. Le lendemain matin, l’infirmière me révèle qu’il s’agit d’un boxeur. Cet épisode va décider de ma vie future...

Encore dans mon enfance, des années après sa mort, la figure de Marcel Cerdan est très présente dans la mémoire collective.

 5. Menacé d’explosion

Page 75. Il se passe de drôles de choses dans mon appartement au 14 de la rue de Cambrai :


Une "Street View" de mon immeuble avec en face la cité Michelet-Curial.

Page 79. La cité Michelet-Curial a effectivement été construite à l’emplacement d’une usine de Gaz de France, comme je l’ai découvert récemment grâce à cette page sur l’histoire de la cité.

 6. Amitiés antérieures

Page 83. Mme Méry me révèle que j’ai fréquenté au Moyen-Age L’abbaye de Maillezais en Vendée avec un ami que j’ai retrouvé dans cette vie.

L’écrivain Rabelais a séjourné à l’abbaye de Maillezais dont il s’est inspiré pour créer son abbaye de Thélème.

Page 86.

- Sur le nombre de novices : L’abbaye de Maillezais. Des moines du marais aux soldats huguenots. Ouvrage collectif sous la direction de Cécile Treffort et de Mathias Tranchant. Presses Universitaires de Rennes. 2005. Page 51.

L’affiche du film "Au nom de la Rose" qui a tant perturbé mon ami Jean-Claude, à cause sans doute d’une réminiscence de sa vie difficile de moine dans l’abbaye de Maillezais.

Page 90. Je retrouve aussi des traces de vies antérieures communes avec un ami accessoiriste à la télévision. Il réchappe miraculeusement de l’accident ferroviaire de la gare de Lyon et il semble que j’y sois pour quelque chose...

 8. Sylvie Rouart

Page 106. Au cours de l’été, une "voix" m’intime l’ordre de me rendre à Châteauroux où je ne suis jamais allé. Je dois y retrouver des traces d’une vie antérieure. Effectivement, en passant devant le palais de Justice, j’ai la puissante impression d’avoir connu ce monument.

Le Palais de Justice de Châteauroux.

Plus troublant encore, en passant derrière le palais de justice, je tombe sur un square qui est en tous points celui que j’ai vu apparaître quelques semaines auparavant dans une de mes régressions dans les vies antérieures.



Situé à l’arrière du Palais de justice, le jardin des Capucins vu précédemment en méditation.

Page 110. Il me semble maintenant que je dois franchir une nouvelle étape et entreprendre un voyage astral, c’est-à-dire une sortie du corps.

Les ouvrages d’Anne et Daniel Meurois-Givaudan m’y incitent.

Page 112. Mais l’aventure hors du corps me panique et pour me donner du courage je "visualise" en méditation le courage d’Adrienne Bolland qui a découvert mystérieusement la "passe" à travers la Cordillère des Andes.

Page 113. Je m’intéresse aussi beaucoup à Edgar Cayce qui allait dans l’Astral chercher des informations, et notamment les moyens de soigner les malades qui venaient le voir.

Edgar Cayce se rendait souvent dans l’Astral pour consulter l’immense mémoire de l’humanité, les Annales Akashiques.


Lire le texte intégral du récit "Ces vies dont nous sommes faits" en ligne (ou en PDF) sur le nouveau site de mes écrits www.christianjuliaecrits.fr.


Visitez mes autres sites personnels :


  • Christian Julia Blog

    Mon blog accueille mes articles sur les différents thèmes abordés dans mon récit "Ces vies dont nous sommes faits" : spiritualité, histoire, science, psychologie, société et sport..

    Visiter le siteVisiter


    Christian Julia Ecrits

    Ce site accueille en ligne le texte intégral de mes différents écrits : nouvelles, romans, pièces de théâtre, scénarios, récits.

    Visiter le siteVisiter


    Christian Julia Photographies

    Ce site est dédié à mes photographies dans le domaine du sport (boxe, body-building, etc.) et de mes voyages en France et à l’étranger.

    Visiter le siteVisiter


  • La boxe pieds-poings

    Site consacré à la boxe pieds-poings avec un dictionnaire, un annuaire des clubs, des annonces de compétitions, des portraits de champions...

    Visiter le siteVisiter


    Editions du Gymnase

    Boutique en ligne des éditions papier de mes écrits : recueils de nouvelles, romans, pièces de théâtre, récits.

    Visiter le siteVisiter


    On a beau dire !

    Présentation de mes prestations et réalisations en matière de communication : sites Internet, emailing, newsletters, brochures, affiches, etc...

    Visiter le siteVisiter


Vers le haut
  Christian Julia