Ma photo Christian Julia / Auteur
Rechercher :
> Communication > Interviews > Marie Vandaele
[ Retour ]

Marie Vandaele

Se poser pour réfléchir sur soi,
ça vaut le détour !

Marie Vandaele fait partie des formatrices de l’Institut François Bocquet depuis 1992. Elle nous parle de son parcours personnel, des stages qu’elle anime, de sa vision de la formation professionnelle dans un monde où le bien-être des salariés est de plus en plus au cœur des préoccupations des managers.

Marie Vandaele

r ien ne prédisposait Marie Vandaele à devenir animatrice de formation professionnelle. “J’avais fait une école de gestion et comme beaucoup d’étudiants, je raisonnais en termes de plan de carrière”. Mais voilà, dans le cadre de ses études, un premier séjour à New-York puis un second à Tokyo font naître en elle la recherche d’une troisième voie, d’une synthèse, d’une réconciliation des opposés. Peut-on allier l’efficacité américaine à la sagesse orientale ?

En tous cas, elle revient de New-York avec une forte aspiration à la liberté, à la diversité. “Après ces deux séjours, j’ai eu un passage à vide. Il me fallait faire le grand saut dans la vie professionnelle mais rien ne m’attirait vraiment. Je voulais être directeur des Relations Humaines, mais mes études ne m’y préparaient pas vraiment”. C’est alors que le “hasard” lui tend la main. Elle rencontre un animateur de l’Institut François Bocquet. “Il a tout de suite senti en moi une aptitude à l’écoute, à la conciliation, à la pédagogie. Il me voyait bien en formatrice. Je n’avais jamais envisagé un tel métier mais j’ai pensé que c’était peut-être un détour pour devenir DRH”.

Elle rencontre donc François Bocquet à Héricy, au siège de son Institut. “Je me souviens que l’entretien a été bref. François Bocquet a créé une science, la morphocaractérologie, et il ne lui faut pas beaucoup de temps pour mener un entretien d’embauche ! Il m’a dit que j’étais faite pour ce métier et que j’allais aimer ça”.

Un style d’animation tout à fait original

Tenant compte de ses compétences en gestion, François Bocquet planifie d’abord Marie dans des stages de droit du travail. "C’est une période difficile, incertaine. Est-ce réellement ce que j’ai envie de faire ?” se demande-t-elle.

Et puis, un jour, elle suit un stage animé par François Bocquet. Un choc. Elle découvre alors un style d’animation tout à fait original. “Ce jour-là, se rappelle Marie, j’ai compris qu’un stage de formation professionnelle pouvait être une expérience humaine, à la fois profonde et utile, loin des cours assommants. Exactement la synthèse que je recherchais entre la profondeur asiatique et l’efficacité américaine”.

C’est à la suite de cette expérience que Marie commence à animer des stages de gestion d’équipe. “Mon expérience à l’étranger m’a beaucoup servi à cette époque. J’ai compris que la diversité était source d’équilibre. J’insistais aussi sur le savoir dire non. Au Japon, le non n’existe pas. Les Japonais ne disent jamais non. Cela pose la question de l’authenticité. La confrontation entre la civilisation orientale et la civilisation occidentale m’a amenée à m’interroger sur la gestion du temps. En Occident, on s’attache trop au visible immédiat ; en Orient, on travaille sur le fond, sur le durable”.

Un plan de carrière qui s’envole

À la demande de François Bocquet, Marie se met à concevoir des outils pédagogiques tirés de ces grands axes de réflexion. Elle attache ainsi beaucoup d’importance à la délégation et à l’autonomie des salariés. Elle synthétise ses idées dans un schéma que certains stagiaires connaissent bien…

Une étape importante est franchie quand elle anime son premier stage de travail sur soi. “Je me souviens. Il s’agissait d’un stage sur la gestion des personnalités difficiles. Parmi les stagiaires, il y avait beaucoup de DRH. J’ai mesuré la difficulté de leur quotidien. Et je n’ai plus pensé à exercer un jour cette profession ! J’ai tiré un trait sur mon plan de carrière. J’ai eu vraiment le sentiment d’avoir trouvé ma voie dans la formation professionnelle. A moi la liberté ! Les stages de deux jours, les voyages, les rencontres, les moments forts partagés en groupe”. Dans le cadre de ces stages de relations humaines, Marie s’intéresse de plus près à la gestion des conflits. “Il me semblait que la plupart des conflits dégénéraient parce qu’on s’obstinait à regarder en arrière pour chercher un “coupable” ou analyser le “pourquoi” au lieu de se tourner vers l’avenir et rechercher ensemble des solutions”.

Marie concède qu’elle a une approche très impressionniste des stages. Elle procède par petites touches. Elle accepte de ne pas tout contrôler. Mais ce laisser-aller n’est qu’une apparence. Sa formation d’origine l’incite à beaucoup de rigueur dans un domaine où il est facile de se laisser aller au bavardage et à la psychothérapie ! “Les stagiaires sentent que derrière ma décontraction et mon sens de l’improvisation, je sais parfaitement où je veux aller. Cela crée une ambiance à la fois très détendue et très professionnelle”.

Le bien-être des salariés : gage d’efficacité ?

Marie apprécie l’évolution récente de la mentalité dans les entreprises. De plus en plus de responsables comprennent que le bien-être des salariés peut être un gage d’efficacité. Les stages de développement personnel se multiplient et concernent désormais des catégories de salariés qui en étaient exclus jusqu’à présent, comme les chefs d’équipe ou les assistantes. “Je considère très sincèrement que c’est important pour tout individu au travail de prendre le temps, à un moment donné, de réfléchir sur lui-même. Pour moi, ça vaut le détour. Une manière de renforcer leurs racines et de leur donner des ailes... Pour autant, je ne me considère pas comme une thérapeute ! J’ai une vision très concrète de la formation. Sans doute le souvenir de mes voyages à l’étranger. Je n’oublie jamais que j’interviens dans le domaine de la formation professionnelle. Mon souci est de fournir des outils. Oui, il existe des outils pour mieux se connaître, mieux se positionner, pour améliorer sa communication, gérer ses conflits, se sentir mieux avec soi-même et avec les autres”.

Éviter les situations de dépendance

Tout en favorisant une appropriation individuelle des objectifs de la formation, Marie évite les situations de “dépendance”. “A la fin d’un stage, nous explique-t-elle, il arrive souvent que des stagiaires veuillent s’inscrire à un autre stage que j’anime. C’est très flatteur pour moi ! Mais je crois beaucoup à la diversité. C’est mon credo ! Et je leur conseille de suivre un autre animateur”.

Sans regret, Marie a tiré un trait sur son “plan de carrière”. “Je ne sais pas ce que l’avenir me réserve. Je pense aussi à mon propre développement personnel. J’accumule au fil des stages une grande expérience sur le monde du travail, les rapports sociaux, les activités économiques. Quelle richesse ! J’ai, moi aussi, le sentiment de progresser en me confrontant à cette diversité…”. Quel contraste avec les longues années de son enfance passée dans un pensionnat si ronronnant, si uniforme… [1]

Sa passion : l’aviation

guillemets On me demande parfois si la vie de formateur n’est pas trop contraignante pour moi, avec ce rythme de deux stages de deux jours par semaine, avec ces multiples voyages en France et à l’étranger. Je réponds qu’il n’y a là aucune contrainte ; il suffit d’inventer la vie qui va avec ! C’est en cherchant une activité qui me permette de m’évader très rapidement que j’ai découvert l’aviation de tourisme. Cette activité me correspond bien. Je m’offre du rêve tout en ayant les mains dans le cambouis. C’est la même philosophie dans mes stages : amener les individus à se dépasser en leur fournissant des outils concrets”.


Notes

[1] Interview réalisée en 2004 pour la brochure "Privilèges 2004" de l’Institut François Bocquet.


Visitez mes autres sites personnels :


  • Christian Julia Blog

    Mon blog accueille mes articles sur les différents thèmes abordés dans mon récit "Ces vies dont nous sommes faits" : spiritualité, histoire, science, psychologie, société et sport..

    Visiter le siteVisiter


    Christian Julia Ecrits

    Ce site accueille en ligne le texte intégral de mes différents écrits : nouvelles, romans, pièces de théâtre, scénarios, récits.

    Visiter le siteVisiter


    Christian Julia Photographies

    Ce site est dédié à mes photographies dans le domaine du sport (boxe, body-building, etc.) et de mes voyages en France et à l’étranger.

    Visiter le siteVisiter


  • La boxe pieds-poings

    Site consacré à la boxe pieds-poings avec un dictionnaire, un annuaire des clubs, des annonces de compétitions, des portraits de champions...

    Visiter le siteVisiter


    Editions du Gymnase

    Boutique en ligne des éditions papier de mes écrits : recueils de nouvelles, romans, pièces de théâtre, récits.

    Visiter le siteVisiter


    On a beau dire !

    Présentation de mes prestations et réalisations en matière de communication : sites Internet, emailing, newsletters, brochures, affiches, etc...

    Visiter le siteVisiter


Vers le haut
  Christian Julia