Écriture

| ACCUEIL | Écriture | Les Récits | Puissant Marc, soldat et poète | L’enquête |

Puissant Marc, soldat et poète

L’enquête

La France commémore en 2014 le centenaire du début de la Première Guerre mondiale. À cette occasion, j’ai voulu rendre hommage à mon grand-oncle Marc, un poète au grand cœur devenu soldat, qui fut blessé à la première bataille de la Marne et mourut en sautant sur une mine... Hélas, en menant mon enquête, je me suis vite rendu compte que sa famille avait complètement effacé son existence de notre mémoire, faisant de lui en quelque sorte un soldat inconnu et un poète maudit... Quel secret de famille se cachait donc derrière cet oubli ?

De ce grand-oncle Marc, je ne savais pas grand-chose, seulement qu’il écrivait des poèmes et qu’il était mort tragiquement en 1914. J’ai eu envie de parler de lui sous un angle un peu particulier : ce garçon d’une vingtaine d’années, issu d’un milieu ouvrier, sans doute ouvrier lui-même, ne possédait que son certificat d’études, ce diplôme qui sanctionnait la maîtrise des connaissances de base acquises dans le primaire (lecture, écriture, calcul, etc.). Mais il était poète et écrivait des textes touchants pratiquement sans faute d’orthographe.

Courageux soldat français à l’allure si fière
Dont le doux regard brille d’une ardeur guerrière.

Ces deux vers, qui commencent son poème « Brave petit soldat », expriment merveilleusement la très grande motivation de Marc et de tous ceux qui partent à la guerre dans les premières heures pour sauver leur patrie, alors même qu’ils n’ont sans doute pas eux-mêmes l’âme spécialement belliqueuse !

Le triste destin de ce garçon à l’orée de sa vie et de sa carrière d’écrivain trouve un écho en moi. Connivence d’amoureux de l’écriture ? Certainement. Et puis j’ai aussi envie de montrer à quel point l’enseignement d’autrefois savait apprendre aux individus à maîtriser les bases de la langue française. Le « certif’ » ce n’était pas rien !

La préparation de la commémoration du centenaire du début de la guerre est un moment fort et comme il n’existe plus de survivants de ce terrible conflit, des campagnes ont été lancées pour nous inviter à fouiller nos mémoires, nos armoires, nos caves et nos greniers à la recherche de traces de ces héros de la Première Guerre mondiale.

Une formidable aventure de mémoire

Pour rendre à Marc l’hommage qu’il mérite, je me mets donc en quête d’informations. Ma mère m’a remis quelques documents : certains de ses poèmes, une lettre à ses parents, le compte rendu de l’inauguration de la maison de campagne de ses parents et une lettre de recommandation d’un certain Gaston Dreyfus. Bien peu de choses en vérité. J’interroge sa famille. En fait, personne ne sait vraiment qui il est ! Toujours revient cette seule affirmation : « Marc ? Il a sauté sur une mine en 1914 ! ». Marc m’apparaît rapidement comme un soldat inconnu, et un poète maudit.

Choqué par cette ignorance de sa famille, je décide de mener ma petite enquête. Pas question de le laisser sombrer dans l’oubli !

J’ai d’abord publié le résultat de cette enquête dans un article de mon blog personnel, le 13 avril 2014. Par la suite, j’ai découvert de nombreux documents qui m’ont entraîné dans une formidable aventure de mémoire ! L’article a connu très vite un grand succès, si bien qu’il m’est apparu logique de créer un site Internet qui soit entièrement dédié à Marc.

L’architecture du site reprend celle de l’article, j’ai en effet souhaité retracer les différentes étapes de mon enquête, plutôt que d’en donner les résultats finaux. La France a une formidable administration qui garde des traces de tout, et avec Internet, on peut réellement aller très loin dans ces recherches.

Complètement néophyte au départ, aussi bien sur cette guerre méconnue que sur l’administration militaire, j’ai un peu pataugé, j’ai commis des erreurs, des incompréhensions, des méprises, des naïvetés, puis peu à peu j’ai pris de l’assurance. Aujourd’hui, pour moi, les choses sont beaucoup plus claires, et je suis heureux d’avoir ainsi redonné vie en quelque sorte à mon parent et d’avoir donné à ses poèmes une chance d’être lus par le plus grand nombre.

Je dois aussi un grand remerciement à toutes les personnes, des associations, des sites, des administrations, qui m’ont fourni de précieux renseignements et qui se sont montrées attentives, serviables, au-delà de ce que je pouvais imaginer.

Un remerciement tout particulier à Mme Carine Craipeau Segalen, responsable du service des Archives de Cognac, la ville natale de Marc, qui s’est passionnée pour mon parent et a fouillé dans ses cartons pour me fournir le maximum d’informations.

Le site comporte les liens principaux vers les sites incontournables quand on mène une recherche sur un parent mort à la guerre de 14-18.

Je vous invite à le visiter !

Mes textes sont en ligne !

Pour rendre mes textes accessibles au plus grand nombre, j’ai décidé de les publier en ligne sur un site dédié : www.christianjuliaecrits.fr. On y trouvera les nouvelles, les romans, les pièces de théâtre, les scénarios et le récit dans leur intégralité.

Il est possible de lire ces textes en ligne mais aussi de télécharger une version PDF plus pratique pour les liseuses. Bien sûr les versions papier des textes sont toujours disponibles aux Éditions du Gymnase.

Accéder au site

couverture
  • Ces vies dont nous sommes faits

  • Le récit de l’aventure qui m'a conduit à partir de 1987 de la découverte de mes vies antérieures à l’univers de la boxe pieds-poings et des cités de banlieue.

  • Acheter
  • En savoir plus